Home / Science / Espace / Conquête de l’espace. La France à la traine
Conquête de l’espace. La France à la traine
Ariane 5 - © DLR German Aerospace Center

Conquête de l’espace. La France à la traine

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a obtenu une cinquantaine de millions pour l’espace, dans le cadre du programme d’investissements pour l’avenir 2. Ils serviront à financer une partie du développement d’une coiffe élargie pour Ariane 5 et d’un programme de propulsion électrique pour les satellites.

La ministre obtient moins d’aide que prévu

Geneviève Fioraso, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a obtenu une aide d’environ 3,6 milliards d’euros dans le cadre du programme d’investissements d’avenir 2 (PIA 2), elle a également réussi à recevoir près de 50 millions pour l’espace. Elle a finalement obtenu moins que demandé, elle avait fait une demande de 60 millions.

Geneviève Fioraso - © Matthieu Riegler

Geneviève Fioraso – © Matthieu Riegler

Deux projets financés

Une partie de cette aide a pour but de financer une partie du développement d’une nouvelle coiffe élargie pour Ariane 5. L’autre partie doit financer un programme de propulsion électrique pour les satellites. Une autre aide de l’Union européenne est attendue pour la propulsion électrique.

Améliorer la coiffe du lanceur

Stéphane Israël, le PDG d’Arianespace, a obtenu un accord du Centre national d’études spatiales (CNES) et de l’Agence spatiale européenne (ESA) pour une adaptation rapide d’Ariane 5. Cette fusée est surnommée Ariane 5 ECA Adaptation. Elle devrait être disponible dans moins de deux ans. Comme expliqué plus haut, l’un des objectifs est d’accroître le volume sous la coiffe du lanceur. Cela permettra de faire face par exemple à l’arrivée de satellites à propulsion électrique, car selon des analyses les satellites deviendraient plus volumineux, il faudra donc gagner du volume sous la coiffe. Le coût de l’opération serait de quelques dizaines de millions d’euros.

Améliorer la propulsion électrique pour les satellites

En ce qui concerne la propulsion électrique pour les satellites, les deux constructeurs français, Astrium et Thales Alenia Space ont pris du retard par rapport à Boeing. Pour exemple, le dernier satellite 702SP de Boeing est le premier satellite commercial de télécommunications à propulsion uniquement électrique. Il doit être lancé en 2014, par le futur lanceur de la société américaine SpaceX.

About Sarah Duval

Cofondatrice et rédactrice en chef de Le Phare Ouest.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Scroll To Top