Home / Environnement / Biodiversité. Le poisson des glaces de nouveau dans les assiettes
Biodiversité. Le poisson des glaces de nouveau dans les assiettes

Biodiversité. Le poisson des glaces de nouveau dans les assiettes

L’exploitation du « poisson des glaces », disparu de l’assiette des Réunionnais depuis 20 ans, va pouvoir reprendre: c’est la conclusion d’une campagne scientifique et halieutique destinée à évaluer le stock de poissons des Kerguelen, dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

La campagne Poker 3, démarrée il y a cinq semaines, devait établir un « diagnostic précis de la ressource » dans la zone économique exclusive (ZEE) française des Kerguelen. Elle a ciblé prioritairement deux poissons: la légine australe, actuellement pêchée par sept palangriers basés à la Réunion et le « poisson des glaces » dont l’exploitation a dû s’arrêter il y a une vingtaine d’années en raison de sa surpêche. « La biomasse a été renouvelée, c?est un très bon résultat », a déclaré à l’AFP le professeur Guy Duhamel, directeur du département Milieux et peuplements aquatiques du Muséum national d’histoire naturelle.

Une étude approfondie

Pour mener à bien sa mission à bord du chalutier l’Austral, l’équipe de neuf scientifiques sous la direction du professeur Duhamel, aidés par 37 marins, a procédé à plus de 200 chalutages entre 100 et 1.000 m de profondeur au nord du plateau de Kerguelen.

Résultat:  « Il ny a pas de souci à se faire pour la légine. Sa biomasse est stable, voire en augmentation », a indiqué le professeur Duhamel. Il n?envisage toutefois pas de modifier son mode de pêcherie sélective (profondeur de pêche, interdiction du chalutage, etc.) qui a justement permis de préserver cette espèce. Ce poisson à la chair blanche et fondante qui peut atteindre 2 mètres et peser 80 kg, est l’un des plus chers au monde, vendu de 15 à 18 dollars à la débarque. La France attribue un quota de pêche de 5.850 tonnes par an.

Un goût de truite

Le « poisson des glaces », petite espèce de 25 à 35 cm de long, au sang incolore et vivant en grands bancs : la campagne Poker 3 a conforté les premiers relevés de 2010 montrant une reconstitution des stocks autorisant une reprise de la pêche, selon le professeur Duhamel.

Le mystère du poisson au sang transparent

Le mystère du poisson au sang transparent

Le poisson des glaces demeure une énigme pour les chercheurs. Cet animal très rare, que l’on peut observer à 1.000 mètres de profondeur dans les eaux de l’Antarctique, présente en effet un sang transparent, signe de l’absence de l’hémoglobine de couleur rouge. Or, cette hémoglobine est nécessaire au transport de l’oxygène dans l’organisme, et donc à la vie. Selon les premières hypothèse, le poisson des glaces parviendrait à acheminer l’oxygène vers ses cellules grâce au seul plasma sanguin, tandis qu’un phénomène mystérieux lui permettrait d’absorber les précieuses molécules par sa peau.

« Nous allons proposer un quota de 700 tonnes en deux campagnes de pêche par an », annonce-t-il, ne se faisant aucun souci sur ses débouchés commerciaux. « Les Australiens le vendent très bien à l’exportation, entre 5-6 dollars le kilo », note-t-il. « C’est un poisson à la chair très ferme et blanche qui a un goût agréable rappelant celui de la truite. Il n’a quasiment pas d’arêtes, ce qui est important en termes de commercialisation », explique Thierry Clot, chef du service des pêches des TAAF.

Seule la pêche au « chalut pélagique » (filet qui ne touche pas le fond marin) sera autorisée. La première marée est prévue dès ce mois-ci et sera menée par le chalutier l’Austral, affrété en commun par l’ensemble des armements basés à la Réunion.

About Anthony Fouchard

Laisser un commentaire

Scroll To Top