Home / Les dossiers de la rédaction / Association des Jeunes Volontaires de France
Association des Jeunes Volontaires de France
Une équipe avec le sourire au lévre et dans le coeur - © Christophe Segard

Association des Jeunes Volontaires de France

Association des Jeunes Volontaires de France, AHJV France pour les intimes. C’est une association dont le siège se situe à Lannion. Nous sommes partie à la rencontre de sa présidente, Nolwenn Nedelec, et d’une poignée de volontaire au grand cœur.

L’association

Crée en janvier 2011 à l’initiative de trois volontaires qui étaient déjà partis en mission humanitaire au Togo. Cette association interrégionale a pour but d’organiser des manifestations festives et culturelles. Objectif : récolter des aides financières, matérielles ou de toute autre nature qui permettront l’amélioration sous toute ces formes de la qualité de vie de la population togolaise. Cette association travaille en étroite collaboration avec celle basée au Togo. Un binôme actif sur bien des tableaux.

En France

Bien que basée à Lannion, les membres sont répartis sur l’ensemble du territoire. Et le but premier de l’association est de mettre en contact les personnes qui souhaiterais partir en action humanitaire au Togo.

Pas facile en effet de trouver une association dans la jungle de celles présentes au Togo. Nolwenn Nedelec nous confie que « beaucoup d’association ne sont pas fiables ni même honnêtes, elles utilisent la générosité des gens pour se faire de l’argent ». Alors qu’avec AHJV, les bénévoles répondent aux questions, rassurent, expliquent.

Par téléphone, par mail ou même sur Facebook,
nous tentons d’expliquer le fonctionnement de l’association
et comment se déroule un séjour au Togo

En effet pas facile de tenter l’aventure et de tout savoir. Il faut se rassurer et être prévoyant. Les vaccins, le visa, c’est la base de l’aventure humanitaire, mais il y a aussi le déroulement même du séjour car on ne part pas en vacances mais bien en action humanitaire, aider une population.

Argent, nerf de l’humanitaire

Pas facile de faire de l’humanitaire sans moyen, et l’AHJV se retrouve confronté en permanence à se manque. Alors elle met en place des actions, à son échelle.

Nous avons rapporté de l’artisanat local, du vrai, pas du made in china, et nous le vendons lors d’exposition.
On récupère aussi des journaux afin de les déposer à « Cellaouate » qui nous les achète au kilo,
ce n’est pas forcément des milliers d’euro, mais petit à petit on pourra mener nos actions

Et l’objectif actuel de l’association et de pouvoir envoyer un container bien rempli au Togo, direction le port de Lomé. Car ce n’est pas en transportant une valise pleine à craquer à chacun de leur voyage qu’ils peuvent subvenir au besoin de la population.

Le garage de la présidente attend un container - © Christophe Segard

Le garage de la présidente attend un container – © Christophe Segard

Alors l’association collecte : vêtements, jeux, médicaments, livres, crayons… Il faut le remplir ce container, mais il faut aussi pouvoir le payer : 3000 euros environ pour le faire arriver à destination.

Pour remplir les caisses de l’association, l’équipe déborde d’idées : organiser des expositions sur le Togo, des soirées thématiques avec de la danses, de la musique et des repas. Montrer que le Togo est vivant, culturel, rempli de richesse. Les faire partager et permettre ainsi à l’association de mener à bien ses actions.

Rassurant

Quand on vient à parler du climat politique de la République Togolaise et de son régime bien plus totalitaire que républicain, les membres de l’association nous rassurent immédiatement.

Certes ce n’est pas le pays des droits de l’homme, mais le climat est calme.
Le seul conseil que l’on nous donne est de ne pas regarder l’armée,
ne pas la provoquer. Hormis ce détail on ne risque rien.

Il faut dire que les émeutes de rues sont loin derrière même si Faure Gnassingbé reste un président héritier qui a fait baigner son pays dans le sang, tout comme son père avant lui. Un climat instable certes, mais pour le moment c’est le calme politique dans un pays au passé douloureux.

Direction le Togo

C’est bien beau la France mais la petite équipe présente autours de nous aujourd’hui respire l’envie de vite repartir au Togo. C’est avant tout une question de moyen mais aussi de disponibilité, mais toutes ne rêvent que d’une chose : y retourner au plus vite.

Partager ses souvenirs autour d'un apérif - © Christophe Segard

Partager ses souvenirs autour d’un apérif – © Christophe Segard

Mais que manque t’il au Togo ? La réponse ne tarde par :

Tout ! Et surtout l’essentiel.
L’accès aux soins et une évidence, les médicaments, les pansement, le désinfectant.
La manière de soigner vous parait forcément barbare, mais ils n’ont pas le choix : ils ne possèdent rien.

L’autre question qui se pose est aussi l’accès à l’eau, pas toujours évidente. Alors ils installent des puits dans les villages et nous expliquent même que l’eau est une monnaie. Quand un puits se trouve proche d’une maison il appartient à cette maison, et pour avoir le droit d’y puiser de l’eau il faut d’abord la payer. Choquant ? « Non, pour eux c’est normal, c’est dans la tradition ».

Construire, éduquer, partager

Mais les missions c’est aussi construire des écoles, des maisons. C’est partir dans des écoles pour donner des cours, dans des orphelinats pour faire de l’animation, fabriquer des balais ou vendre du riz… C’est participer à chaque instant de la vie locale.

C’est aussi des rencontres, des sourires, des échanges. Se retrouver autour d’un verre de Sodabi, un alcool local décoiffant, et oublier toutes les barrières. Se laisser porter par cette population généreuse et reconnaissante.

Une équipe avec le sourire au lévre et dans le coeur - © Christophe Segard

Une équipe avec le sourire au lévre et dans le coeur – © Christophe Segard

Nolwenn, Adeline, Marion, Pauline, Lena, chacune d’elles, lors de cette rencontre, nous ont donné l’envie de découvrir cette terre étrangère. Elles communiquent ainsi leur envie d’aider l’autre, de construire un avenir différent pour un peuple mis de côté par le gouvernement actuellement en place.

L’association :

- Site Internet
- Facebook
Les contacter

About Christophe Segard

Mordu de politique, d'économie, de cinéma et de musique. Co-fondateur du Phare Ouest Retrouvez moi dans l’œil du Phare : http://ow.ly/nA5TD

Laisser un commentaire

Scroll To Top