Home / Culture / Cinéma / Sur le chemin de l’école avec Jackson, 11 ans, Kenya
Sur le chemin de l’école avec Jackson, 11 ans, Kenya

Sur le chemin de l’école avec Jackson, 11 ans, Kenya

Jackson est un jeune Kenyan âgé de onze ans de la tribu des Sumburu. Tous les jours, Jackson risque sa vie pour rejoindre son école, située à plus de quinze kilomètres de chez lui. Sa sœur Salome, âgée de six ans, l’accompagne sur le chemin de l’école.

Sur le chemin de l'école | © Senator FilmverleihÀ la saison sèche, il n’est pas rare que Jackson et Salome partent le ventre vide de la maison. Ce territoire immense est dangereux. Des bandes armées pillent les villages, et les éléphants, très agressifs, n’hésitent pas à poursuivre et à tuer ceux qu’ils croisent sur leur chemin.
À onze ans, Jackson gère déjà les revenus de la famille, ainsi que les relations souvent difficiles avec le voisinage.
Sur le chemin de l’école, Jackson impose un rythme très soutenu. Lorsque Salome est fatiguée ou quand elle a peur, il lui prend la main, la rassure, lui raconte des histoires ou lui chante des chansons – uniquement en terrain découvert. Jackson et Salome sont très proches. Cela fait des années que Jackson veille sur elle et la protège. Il veut qu’elle étudie comme lui pour qu’elle puisse se défendre et choisir elle-même son avenir.
Il est toujours là lorsqu’elle a un problème, même à l’école.
Malgré sa situation familiale très difficile, la motivation de Jackson pour aller à l’école est immense et inébranlable. Non seulement ce jeune garçon de onze ans risque sa vie tous les jours, mais il est aussi brillant. Lors des premières évaluations, il a obtenu d’excellents résultats et s’est vu attribuer une petite bourse pour l’aider à étudier. Chaque année, il doit payer son uniforme et ses stylos.
Son uniforme est son bien le plus précieux ; il en prend soin personnellement.
Même s’il n’a jamais vu d’avion, Jackson rêve de devenir pilote et de découvrir le monde.

La famille de Jackson a été déplacée lors de la grande sécheresse de 2010 et a trouvé refuge ici. Pour trouver l’eau dans les rivières asséchées, Jackson repère les endroits où les éléphants ont creusé. À cet endroit, il est certain de trouver de l’eau. L‘école est obligatoire au Kenya et même si la distance est longue, Jackson et sa petite sœur doivent aller à l’école. À cause des éléphants, l’année dernière plus de 4 enfants sont morts sur le chemin de l’école. Chaque matin, Jackson monte sur un rocher pour repérer les éléphants et choisir son chemin pour aller vers son école.
La pratique du charbon de bois est interdite à cause de la déforestation. Les parents de Jackson doivent se cacher pour faire du charbon. Le charbon est vendu le long des routes ce qui permet à peine de nourrir la famille.
Il n’y a pas toujours à manger dans l’école car le gouvernement n‘envoie pas toujours l’argent. Lorsqu’il y a à manger à l’école, chaque élève doit apporter un bout de bois pour le feu et de l’eau pour faire bouillir les haricots.
Jackson fabrique ses chaussures lui-même. Elles sont faites en pneu de camion et cloutée. Tous les jours il vérifie que les clous ne le blessent pas lorsqu’il marche. Il installe aussi une languette en plastique jaune pour éviter les frottements.
Jackson marche silencieusement pour éviter de se faire repérer par les animaux sauvages comme les éléphants, les buffles, les hyènes et par les bandits. Il écoute la nature en permanence.

Voir la fiche du film

- L’éducation au Kenya -

Carte du KenyaDonnées générales

41, 61 millions d’habitants (source : UNESCO 2011)
Nombre de décès d’enfants de moins de 5 ans pour 1000 naissances : 89 (source : UNESCO).
42% de la population a moins de 14 ans (source : UIS).
76% de la population vit en zone rurale (source : UIS).
Espérance de vie à la naissance : 57 ans (source : UIS).

Données sur l’éducation

28% des adultes sont analphabètes, soit 22% des hommes et 33% des femmes.
17,6% des jeunes de 15 à 24 ans ne savent ni lire ni écrire.
Les taux nets d’inscription dans le primaire sont passés de 62% en 1999 à 83% en 2009 : le pays a fait d’énormes progrès. La suppression des frais de scolarité et la mise en place de bourses scolaires pour les filles ont notamment permis d’accélérer les progrès.
Le Kenya reste pourtant l’un des 10 pays au monde où l’on enregistre le plus grand nombre d’enfants privés d’éducation : 1 million d’enfants d’âge primaire sont privés d’éducation dont 48% de filles (source : UNESCO).
20% des enfants scolarisés en 1ère année du primaire abandonnent l’école avant la dernière année du primaire.

Analyse des enjeux

Les inégalités sont encore très fortes au Kenya en fonction du sexe, de la situation économique et du lieu de résidence des enfants.
Le Kenya est l’un des premiers pays d’Afrique subsaharienne à avoir supprimé les frais de scolarité.
Les enfants issus des groupes de populations pastorales sont particulièrement discriminés tout comme les enfants vivant dans les bidonvilles (ces bidonvilles étant considérés par les autorités comme illégaux, les besoins des populations qui y vivent ne sont pas pris en compte par le gouvernement) et les enfants de réfugiés (le Kenya est le pays accueillant la population de réfugiés la plus importante en Afrique, pour l’essentiel des personnes ayant fui les conflits en Somalie et au Soudan).

About Nolwenn Nedelec

Présidente de l'association AHJV France, journaliste pour Le Phare Ouest. Passionnée de cinéma, littérature, musique... Bref la culture en général.
Scroll To Top