Home / Bretagne / Légendes de Bretagne / Légende de Bretagne : la quête du Graal
Légende de Bretagne : la quête du Graal

Légende de Bretagne : la quête du Graal

La plus grande quête jamais entreprise par les chevaliers de la Table Ronde est probablement celle dont tout le monde a déjà entendue parler : celle du Graal.

Merlin en avait déjà parlé lors de l’apparition de la Table Ronde dans la grande salle du château de Camelot, mais un siège de l’assemblée demeurait toujours vide : le Siège Périlleux. Selon le magicien, quiconque essayait de s’asseoir à cette place sans être l’élu verrait l’enfer s’ouvrir sous ses pieds et subirait mille tourments.

Sir GalaadLors d’un matin de Pentecôte, Galaad, accompagné d’un ermite, arrivait au château pour la première fois. Durant les premiers jours de sa nouvelle vie, Galaad s’entraina pour devenir, ce qu’il espérait depuis toujours, un chevalier de la Table Ronde. Il avait parcouru une fois déjà la salle de la grande table, mais son nom n’était sur aucune chaise.

L’ermite avec qui il avait quitté l’abbaye de son enfance était devenu un ami de Galaad, ils discutaient régulièrement au bord du lac proche du château.
Un jour, alors qu’ils venaient tout juste de s’asseoir pour discuter, le vieil homme et Galaad virent quelque chose bouger à la surface de l’eau. Cette chose se rapprochait du bord au fur et à mesure que le temps passait. Lorsque l’objet toucha la rive, ils virent enfin de quoi il s’agissait : un bloc de marbre rouge flottant et en son sein était coincé une épée.
Galaad parti en courant vers le château, et revint quelques minutes plus tard accompagné d’Arthur, Gauvain et Lancelot. Ils regardèrent l’épée et y découvrirent une inscription « Jamais personne ne pourra m’enlever d’ici sinon celui qui doit me prendre à son côté. Et ce sera le meilleur chevalier du monde ».

Arthur proposa à Lancelot d’essayer, mais il refusa, ne croyant pas qu’il était le meilleur des chevaliers. Gauvain décida d’essayer, mais l’épée ne bougea pas d’un millimètre malgré la force que Gauvain mettait dans son geste. C’est alors que l’ermite se tourna vers Galaad.
Galaad se tourna vers Arthur qui l’encouragea à essayer. Il s’approcha de la rive du lac, il hésitait, il se retourna vers Arthur en lui disant qu’il n’était même pas encore chevalier, mais Arthur lui répondit qu’il le deviendrait surement. Et d’après son expérience personnelle, Arthur se remémorait la fois il sortit l’épée de la pierre avant de devenir roi, la magie sait des choses que nous ne comprenons que beaucoup plus tard, si nous les comprenons un jour. Encouragé par ces paroles, Galaad prit l’épée à deux mains et mis toutes les forces qu’il put dans son geste, mais il ne rencontra aucune résistance et son geste le fit tomber en arrière, les fesses sur la rive, l’épée en main.

Arthur regarda Lancelot, lui dit « ce soir, tu adouberas ton fils avec sa nouvelle épée ». Galaad avait entendu les paroles du roi et il regarda son père avec une joie incommensurable. Il allait enfin devenir un chevalier.

À la fin de la cérémonie, Arthur accompagna Galaad dans la salle de la Table Ronde. Maintenant qu’il était chevalier, Galaad espérait de toutes ses forces que son nom soit apparu sur un des sièges. Ils firent le tour des cent cinquante sièges, mais aucun ne portait le nom de Galaad. L’ermite, qui les avait suivi, suggéra à Arthur de lui montrer le dernier siège, le Siège Périlleux. Galaad avait perdu tout espoir, mais en tournant la tête il vit le roi avec des yeux écarquillés, l’inscription du Siège Périlleux avait changé. Il était dorénavant écrit « Ceci est le siège de Galaad ».

Arthur et les chevaliers de La Table Ronde - l'apparition du Graal

Arthur et les chevaliers de La Table Ronde – l’apparition du Graal

La rumeur fit vite le tour du château et les chevaliers accouraient pour voir l’inscription. Lorsque tous les chevaliers furent réunis dans la pièce une grande lumière les aveugla. Au centre de la Table Ronde venait d’apparaître le Graal.
Le Saint Vase passa devant tous les chevaliers. Tous gardaient des yeux écarquillés devant la splendeur du Graal.

Gauvain, Lancelot et Galaad furent les premiers à se décider mais tous firent le serment de retrouver le Graal qui leur était apparu si majestueux. Dans leurs serments, tous renoncèrent aux choses terrestres, aux plaisirs mondains, à la vaine gloire et à l’amour humain pour partir à la recherche de ce symbole et essayer de résoudre les mystères du Seigneur.

Ainsi la quête du Graal commença.

Les cent cinquante chevaliers partirent, seul ou en groupe, dans des directions différentes, chacun pensant que la direction qu’ils suivaient était la seule qui les mènerait vers le Saint-Graal.
Tous s’attendaient à des épreuves pour parvenir au Saint-Graal, mais la première était pourtant simple, ils l’avaient eux-mêmes mise en place au moment où ils ont prêté serment de renoncer aux choses terrestres. Beaucoup l’oublièrent rapidement, et ne revinrent jamais à Camelot.
De tous ces chevaliers, seuls trois parvinrent à trouver le Saint-Graal : Galaad, Perceval et Bohort.

Bohort est le fils du roi Bohort de Gaûne. Le royaume de Gaûne fut l’un des premiers à être envahi par les troupes de Claudas. Bohort et son frère Lionel furent emmenés prisonniers dans le château de Claudas. Leur enfance ne fut pas joyeuse, mais ils réussirent finalement à s’enfuir de leur prison, ce faisant ils tuèrent le fils de Claudas, le cruel Dorin. Leur fuite les amena non loin d’un mystérieux lac. Viviane leur ouvrit les portes de son château invisible et ils commencèrent à s’entrainer avec Lancelot pour devenir eux aussi chevalier.

Chevaliers | © Cornelia Kopp

Chevaliers | © Cornelia Kopp

Galaad passa chacune des épreuves qu’il croisait sur sa route. Perceval et Bohort l’accompagnaient et le soutenaient à chacune d’elles. Galaad perçut ces épreuves comme des signes démontrant qu’ils combattaient tous pour le bien.

Ainsi, au bout de nombreuses aventures, les trois chevaliers parvinrent à contempler enfin l’objet de leur quête. Lorsqu’ils s’en approchèrent, une voix forte se fit entendre : ils devaient amener le Saint-Graal à Sarras, une mystérieuse île d’Orient, où il sera protégé.

Tous trois partirent vers l’Orient dès le lendemain. Lorsqu’ils arrivèrent, ils découvrirent une cité merveilleuse, pleine de miracles et de merveilles. Les trois chevaliers furent accueillis en héros, Galaad tenant le Graal entre ses mains.
Ayant réussi à trouver et ramener le Graal, Galaad était perçu comme la pureté et l’humilité incarnées. Le peuple de Sarras finit par le choisir comme roi. Il sera alors connu comme le Roi de Corbénic, le Pur.

Perceval avait aidé Galaad tout au long de cette quête. Pensant qu’elle s’était enfin achevée, il se prit à repenser aux petits plaisirs de la vie humaine, ceux auxquels ils avaient tous renoncer en prêtant serments. Une fois Galaad sur le trône de Sarras, Perceval se rappela tout ce que représentait la vie de château, il se rappela comment il vivait à Camelot et succomba alors aux plaisirs mondains qu’une vie au château pouvait permettre. Mais alors qu’il partit se coucher, comme tous les soirs, il fit un rêve et se vit à Camelot avec ses amis, sa famille, et sans comprendre pourquoi il leur dit au revoir à tous, persuadé que c’était la chose à faire sur le moment, intimement convaincu qu’il n’aurait peut-être plus jamais l’occasion de le faire, et dans son rêve, il quitta le château de Camelot. Jamais Perceval ne se réveilla.

Cela faisait déjà un an que Galaad était monté sur le trône et il était toujours perçu comme un souverain bon et plein d’humilité. La forte voix qu’il avait entendu un an auparavant se fit de nouveau entendre. La voix raconta à Galaad ce qui se passait à Camelot, parmi les chevaliers, avec Arthur. La situation fit mal au cœur de Galaad, jamais il n’aurait pensé qu’un jour un royaume aussi fort que celui d’Arthur pourrait vivre une telle déchéance.
Son cœur eut si mal qu’il finit par arrêter de battre, la dernière vision de Galaad fut celle de trois anges l’emportant avec eux au paradis.

Légendes de Bretagne | © L'Amiral

La suite prochainenement …

About Nolwenn Nedelec

Présidente de l'association AHJV France, journaliste pour Le Phare Ouest. Passionnée de cinéma, littérature, musique... Bref la culture en général.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Scroll To Top