Home / Bretagne / GAD. Les CRS usent de lacrymogènes pour repousser les salariés
GAD. Les CRS usent de lacrymogènes pour repousser les salariés
Site Gad de Lampaul-Guimiliau | © Google Map

GAD. Les CRS usent de lacrymogènes pour repousser les salariés

Le comité central d’entreprise de GAD S.A.S se tient depuis ce matin à l’hôtel Mercure de Rennes. Plusieurs centaines de salariés sont réunis devant le bâtiment. Ils ont tenté de pénétrer dans l’enceinte de l’établissement, avant d’être repoussés par les gaz lacrymogènes des gendarmes mobiles.

La tension reste vive, à Rennes, après l’intervention des forces de l’ordre  vers 11 heures. Les CRS bloquent dorénavant l’ensemble des rues, qui mènent à l’hôtel.

Depuis vendredi, des salariés de la société d’abattage de porcs Gad SAS, en redressement judiciaire depuis février, bloquent l’abattoir de Lampaul-Guimiliau  afin de réclamer de meilleures primes de licenciement. Les salariés se relaient nuit et jour devant le site qui emploie 850 personnes, ainsi qu’une centaine d’intérimaires. Le site est fermé le week-end, mais les salariés bloquaient symboliquement un lot de 1.400 porcs en attente d’abattage. «La direction veut les déplacer à Josselin, l’autre abattoir du groupe, mais pas question», explique un salarié. Les cochons ont finalement été abbatu ce matin.

On fait pression, ils veulent nous jeter comme des malpropres, on ne va pas se laisser faire

Dans son plan de continuation, Gad, dont l’actionnaire majoritaire est la coopérative agricole CECAB, prévoit la fermeture des sites de Lampaul-Guimiliau et de Saint-Nazaire. L’activité d’abattage/découpe de Lampaul-Guimiliau serait ainsi recentrée sur le second abattoir du groupe à Josselin (Morbihan, plus de 600 salariés) où 343 emplois pourraient être créés.

Ce mouvement intervient alors que le tribunal de commerce de Rennes doit examiner mercredi le plan de continuation, qui prévoit notamment la fermeture du site de Lampaul-Guimiliau.

About Anthony Fouchard

Laisser un commentaire

Scroll To Top