Home / Bretagne / A la hune / Dessin de la semaine : la Bretagne gronde avec les « Bonnets Rouges »
Dessin de la semaine : la Bretagne gronde avec les « Bonnets Rouges »
Beaux nez rouges - © Amiral

Dessin de la semaine : la Bretagne gronde avec les « Bonnets Rouges »

Cette révolution des « Bonnets Rouges » est née la semaine dernière, quand les Bretons en colère souhaitaient voir le portique écotaxe de Pont-de-Buits être déboulonné. Nous avions connu les révolutionnaires sans culotte, la Bretagne vient d’inventer le manifestant moderne : le Bonnet Rouge.

C’est plusieurs milliers de personnes coiffées de bonnets rouges qui sont attendus à Quimper aujourd’hui. Un mouvement de révolte pour l’emploi, l’abandon de l’écotaxe, une reprise économique viable pour la Bretagne.

Beaux nez rouges - © Amiral

Beaux nez rouges – © Amiral

Une manif qui fait peur

Après le week-end dernier, l’État semble redouter cette manifestation, même si les appels au calme se sont succédé et que plusieurs organisations, notamment syndicales, se sont désolidarisées de l’appel à manifester. Les débordements semblent possibles lors de ce rassemblement, la mairie de Quimper a même ordonné le démontage du mobilier urbain.

Le Gouvernement semble faire le maximum pour éviter l’embrassement irréversible d’une région populaire. Le rétropédalage de l’exécutif concernant les portiques écotaxe peuvent alléger la pression actuelle. Mais il s’agit que de la suspension d’une taxe que les Bretons souhaitent voir abandonné.

La présence d’extrêmes

Bien que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault souhaite mettre en garde contre toute « spirale de la violence » en Bretagne, déclarant que l’on « ne peut pas construire si on s’engage dans une espèce de spirale de la violence », d’autres s’inquiètent de la présence d’extrêmes.

La ministre de la Réforme de l’Etat et de la Décentralisation, Marylise Lebranchu, exprimait cette crainte : « On a des retours nous disant qu’un certain nombre de groupes sont déjà sur place, et ont l’intention de faire de cette manifestation quelque chose d’un peu plus violent qu’on ne pourrait malheureusement l’espérer. On nous a parlé de groupes (anti-)mariage pour tous, extrêmes, etc. » La ministre Bretonne semble craindre pour l’image de sa région.

Le modèle Breton ?

Mais la question dans ce débat est aussi de savoir si la France vient de trouver son modèle. Non pas un modèle économique, un modèle de l’emploi ou de la relance, mais bien un modèle de la colère du peuple face à un Gouvernement girouette qui ne sait pas lui-même dans quel sens souffle le vent.

L’explosion de la colère Bretonne monopolise vos JT, et le gouvernement ne cache pas sa peur de l’embrassement généralisé. La Bretagne est le symbole de la Gauche avec plus de 54% de votant en sa faveur lors des dernières élections présidentielles, mais cette force électorale semble aujourd’hui tomber en poussière.
Mais de grands rassemblements pour améliorer le quotidien du « peuple » est-il possible en France ? Les Français croient-ils encore à la force de la rue ? Pourrions-nous voir demain des rassemblements comme bien d’autres pays ont connu, face à la colère des électeurs ?

La Bretagne prouve depuis quinze jours que ne pas baisser les bras fait partie de ses traditions. Et si le Gouvernement porte tant d’attention à cette tradition Bretonne c’est sans aucun doute pour limiter la casse au niveau national…

About Christophe Segard

Mordu de politique, d'économie, de cinéma et de musique. Co-fondateur du Phare Ouest Retrouvez moi dans l’œil du Phare : http://ow.ly/nA5TD

Laisser un commentaire

Scroll To Top